création

À mon corps défendant

création les 19-20 octobre 2017, au Cirque Théâtre d’Elbeuf.
8 décembre au Théâtre des 4 saisons / Scène Conventionnée Musique de Gradignan
18-19 janvier 2018 au Manège de reims / Scène Nationale
24-25 janvier 2018 à la La Comète / Scène Nationale de Châlons-en-Champagne
24 mars 2018 à l’Espace 110 / Scène conventionnée de Mulhouse
représentations à prévoir à l’Avant-Scène à Cognac, en cours d’être fixées.
Télécharger le dossier
Regarder le teaser 

Pièce chorégraphique pour 4 interprètes (cirque-danse, musique, arts visuels)
Création et conception : Marine Mane
Interprétée par Benjamin Bertrand, Smaïn Boucetta, Breno Caetano, Johan Caussin
Création musicale : Christophe Ruetsch
Création visuelle et plastique : Vincent Fortemps
Création vidéo : Clément Dupeux
montage des correspondances vidéo-projetées: Cathy Blisson et Marine Mane
Scénographie : Amélie Kiritze-Topor, assistée de Camille Ferrand, Coline Lequenne, Laura Mevel, Margarita Rosa Robert Assis
Création Lumière : Pascale Bongiovanni assistée de Juliette Besançon
Conseil sur le mouvement: Lucien Reynes
Régie Générale : Margaux Robin
Assistanat: Raphaëlle Landré

À mon corps défendant est une traversée en mouvement avec ceux qui naviguent en territoire violent, se tiennent en équilibre dans l’extraordinaire, déplacent les contraintes, les limites et les frontières.
Cette pièce chorégraphique s’est construite à partir de correspondances avec quatre personnes réelles, toutes vivant des situations extrêmes, qu’il s’agisse d’exil ou de conflit armé, en Syrie, sur le territoire Israélo-Palestinien, en République Démocratique du Congo, ou encore à Calais. En France ou sous d’autres latitudes, ils échangent grâce à des moyens de communication instantanée. Les différents points de vue sur les territoires en conflit vécus par les correspondants, se mélangent avec la perception intime et ambiguë de la cause que chacun d’entre eux a choisie de supporter. Si les correspondances, et les matières qui en découlent, sont à la base de l’écriture du spectacle, ce sont autant les corps des interprètes, les éléments sonores et visuels, qui en sont les éléments premiers. En ce sens, cette pièce explore le champ chorégraphique tout en stimulant une expérience physique de l’oeil et de l’oreille.

Marine Mane est lauréate de la Bourse SACD « Processus cirque ».
Coproduction Plateforme 2 Pôles Cirques en Normandie | La Brèche à Cherbourg – Cirque Théâtre d’Elbeuf ; Césaré, Centre National de Création Musicale de Reims ; Le Manège, Scène nationale – Reims ; La Comète – Scène nationale de Châlons-en-Champagne ; Le Théâtre des Quatre Saisons, Scène conventionnée Musique(s) ; L’Avant-Scène Cognac, Scène conventionnée danse ; Danse à tous les étages, Scène de territoire danse en Bretagne.
Cette création bénéficie de la participation du DICRéAM, du soutien de la Spedidam, et de l’aide à l’insertion professionnelle du CNAC
Avec le soutien et l’accueil en résidence de la Villette – Paris, Le Cellier ; Salle de création de la Ville de Reims ; La Chartreuse, Centre national des écritures du spectacle à Villeneuve lez Avignon ; Le Théâtre de l’Esquif à Niort ; Le Château de Monthelon ; La Fileuse, Friche artistique de Reims ; Furies, Pôle National des Arts du Cirque en préfiguration.
La Compagnie In Vitro est conventionnée avec la Ville de Reims. Ce spectacle est soutenu par la Région Grand-Est, l’Agence culturelle d’Alsace, la DRAC Grand Est, et le conseil départemental de la Marne

La tête des porcs contre l’enclos

Pièce chorégraphique pour 3 interprètes et 1 musicien
création 2015
Télécharger le dossier
Regarder le teaser

Création, conception et texte : Marine Mane
Créé et interprété par Lucien Reynes, Marine Mane, Vincent Fortemps, Christophe Ruetsch
Dramaturgie : Cathy Blisson
Création chorégraphique: Lucien Reynes
Création musicale : Christophe Ruetsch
Création plastique et visuelle : Vincent Fortemps
Scénographie : Bérengère Naulot
Lumière : Thomas Costerg
Régie Générale: Margaux Robin
Remerciements à Jean-Marie Lejude pour son oeil acéré

« Creusant le sillon de ces précédentes mises en scènes, qui révélaient des corps blessés, malmenés, et/ou dépassés par le désir, elle prend le chemin d’une écriture personnelle avec La tête des porcs contre l’enclos, création In Vitro 2015. Confiant sa voix à un circassien, un plasticien et un musicien, elle esquisse, par « calques », une cartographie corporelle et émotionnelle, visuelle et sonore. Sur les traces d’une jeune femme, égarée en territoire familial violent. »
Cathy Blisson, dramaturge et journaliste.

Et pour la première fois, un texte personnel :
Point d’impact 1:
Des anges sur le papier peint, roses et blancs. Les hanches étroites, fines, les mains petites.
Dans la salle de bain, assise, laisser l’eau couler, longtemps, souvent, toujours. Se laver, le corps nu dans l’eau de la baignoire, se laver, et pisser sur le blanc de l’émail. Se laver, longtemps. Effacer ces contours, ces doigts rouges qui restent sur la peau et sa main qui vient s’excuser, mais la bouche. Surtout fixer mes yeux sur la bouche. Garder un repère. Dévisager la bouche/Analyser la bouche/Ce qu’il y a en dedans…ce qu’il y a en dedans ? …. De la langue, et du feu.
Le temps d’ici est rythmé par des éclairs blancs, des déflagrations d’humeur sur la chair. Après ça finit dans la tête, ça reste dans la tête comme un tampon encreur, ça devient le chronomètre des journées. Ca ne finit jamais de recommencer. Elle passe les heures à attendre que ça recommence.
Non et non et non et non. Un objet tombe, et ça pleut. Un objet tombe, et il crie. Un objet tombe, et ça s’abat. Un objet tombe, et je tombe.
Je tombe et un objet tombe.

Création en Mars 2015 au festival SPRING, nouvelles formes de cirque en Basse-Normandie.
Projet sélectionné à Premières Lignes 2014 – L’échangeur artistique (L’atelier à spectacles, scène Conventionnée de Dreux)
Résidences et coproductions La brèche / Pôle national des arts du cirque / Cherbourg-Octeville, Césaré / Centre National de création Musicale / Reims, Les 7 collines / Scène conventionnée pluridisciplinaire de Tulle, Le Nouveau Relax / Scène conventionnée de Chaumont, Le Manège / Scène nationale de Reims.
Soutiens : DRAC champagne ardenne, Conseil Général de La Marne. La compagnie est conventionnée par la région Champagne Ardenne/ORCCA et la ville de Reims.
Avec le Soutien du Fond SACD musique de scène et de l’Association Beaumarchais-SACD, et avec le soutien de l’ENSATT.

Dans la solitude des champs de coton

Pièce pour 2 interprètes et 2 musiciens
Création  2011
Télécharger le dossier
Télécharger la fiche technique
Télécharger la Revue de presse

Auteur: Bernard Marie Koltès
Mise en scène : Marine Mane
Interprétée par Clément Bresson, Fabien Joubert, Uriel Barthélémi, Simon Drappier
Création musicale : Uriel Barthélémi – batterie & ordinateur, Simon Drappier – contrebasse
Scénographie : Bérengère Naulot
Lumière : Thomas Costerg
Conseil artistique : Miléna Gilabert

Dans la solitude des champs de coton est une pièce sur la mécanique du désir, sur l’impossibilité de le nommer précisément.
Deux hommes, le Dealer et le Client se font face, à une heure obscure, dans un lieu indéfini. C’est un combat âpre et pourtant drôle, teinté de la mauvaise foi de ce que l’on suppose à l’Autre. On assiste au dialogue de deux solitudes qui se trouvent enfermées par la question latente dans toute relation humaine : « Que me veux-tu ? ». Et d’obliger l’autre, par tous les moyens du discours, à se dévoiler, à répondre au manque fondamental, à accoucher de sa vérité. Mais aucun ne veut lâcher, aucun ne veut admettre sa demande. De là l’idée d’un ring, d’un dispositif quadrifrontal où le public participe de cette maïeutique. L’adresse est directe. Spectateurs, ne sommes-nous pas tous des clients ? Que venons-nous chercher en nous enfermant dans une salle face à des acteurs et un texte ? A quel désir ces acteurs doivent-ils répondre ?

Coproduction : Le Salmanazar – scène de création et de diffusion d’Epernay,Théâtre Ici et Là – Mancieulles. Avec le soutien de l’Adami et de Césaré, centre national de création musicale.
La compagnie In Vitro est conventionnée avec la Région Champagne-Ardenne/ORCCA et bénéficie de l’aide à la diffusion à l’étranger et sur le territoire Grand Est. Avec le soutien de la DRAC Champagne-Ardenne, le Conseil général de la Marne et la Ville de Reims.
Remerciements au Conservatoire à rayonnement régionale de la Ville de Reims.