Projets de création

“Le projet de la compagnie In Vitro pour les années à venir existe littéralement par le titre que nous avons choisi de lui donner:
 Un atlas du vivant. Il est en effet question d’aller explorer et expérimenter des espace reconquis par un sentiment puissant de vie et de joie. Je désire mettre en lumière ce qui pousse envers et contre tout, ces terrains où se construisent de nouvelles manières d’être et de penser. Je sais qu’il n’y a pas d’espace vierge, et j’en suis heureuse. Je veux tisser un présent dans la rencontre. Je crois, plus que jamais, à l’autre en tant qu’il est autre, qu’accueillir, c’est rester différent. Je veux être surprise, déplacée, déboussolée, en apprentissage.”

Marine Mane, juin 2018.

atlas

ATLAS

  1. Atlas // performance - musique

Pièce pour 2 interprètes, un danseur et un musicien.

télécharger le dossier

Une performance pour des lieux non conventionnels.

“Depuis son apparition sur terre, l’homme mène une lutte pour se maintenir debout et en mouvement. Je veux écrire une ode à cet instinct de vie. Dans un espace vide et nu, un homme est confronté aux quatre éléments naturels : la terre, l’eau, le feu et l’air. Je veux faire revenir ses voix pour que nous les traversions ensemble. Quatre éléments pour quatre saisons de l’homme, quatre mouvements de musique et de danse dans un lieu et son histoire.

En musique et en danse, nous serons en dialogue pour construire une partition originale, intégrant l’improvisation, la résonance des espaces investis, le bruit des informations, celles des luttes d’aujourd’hui, celles qui marquent notre actualité et notre mémoire en puisant dans les archives des lieux qui nous accueillent. Un atlas du vivant se nourrissant de toutes ces rencontres qui tissent notre devenir commun.

Marine Mane, mai 2018.


Conception et direction - Marine Mane | Analyse du mouvement - Claire Malchrowicz | Interprétation - Breno Caetano | Composition, clarinette, électroacoustique - Jean-Brice Godet + 1 ou des musiciens invités en concertation avec chaque lieu de diffusion | Scénographie - Amélie Kiritzé Topor | Régie générale - Margaux Robin

Production - Cie In Vitro
Coproduction - en cours de confirmation 
Centre des Monuments Nationaux Plateforme | 2 Pôles Cirques en Normandie - La Brèche à Cherbourg - Cirque Théâtre d’Elbeuf | Accueil studio le manège, scène nationale, Reims

logo-black

LES POUPÉES

  1. Les poupées // danse – arts plastiques

Pièce pour deux interprètes, l'artiste plasticien Vincent Fortemps et la danseuse Claire Malchrowicz

télécharger le dossier  

Destinée au jeune public, cette création explore la question de la découverte de l'autre et de la nécessité pour l'enfant de se créer un double à soi-même, objet de projection de l'altérité. 

“Cette poupée, miroir de moi-même, exprime une intimité indicible et permet de jouer avec les codes moraux et sociaux, de créer des espaces de subversions, de faire l’expérience de la transformation. C’est une invitation à voir le monde autrement.”

Ces poupées que l’on se choisit, même monstrueuses, restent associées à la joie et au rire. Elles jouent avec les rituels et le déguisement. Elles permettent de dire ce que l’être humain garde silencieux, de faire l’expérience des interdits et des grandes questions qui nous accompagnent dans l’existence. Ces poupées seront fabriquées en direct au plateau avec des bouts rapiécés de ce qui traîne dans notre quotidien, et deviendront devant nos yeux, les personnages de ces parodies qui sont nécessaires au développement de l’enfant. Grâce aux outils visuels déployés par Vincent Fortemps, artiste plasticien qui travaille en direct des univers vidéoprojetés mais aussi sculptés, nous pourrons explorer l’univers fantasmagorique de l’enfance. Je veux apprendre des enfants à changer de regard, faire le focus sur toutes ces petites choses qui nous échappent une fois devenus adultes. Réenchanter le monde quotidien et le vivre comme une matière à modeler. Nous travaillerons avec des objets utilisés par nous tous, comme ce cadeau plutôt laid que l’on nous a offert un soir de noël ou d’anniversaire. Ce pull tricoté par la mère ou la grand-mère dont il suffit d’en tirer un fil de laine, de le détricoter pour en faire quelque chose d’autre. Ce fil devient le fil de notre histoire, réutilisé, libéré, et créateur. Tout comme ces petites mies de pain à table qui deviennent des effigies, les poussières qui flottent dans l’air et qui peuvent envahir tout l’espace pour devenir cotonneux. Comme dans les rituels, les gestes de l’enfance sont extrêmement précis et chorégraphiques. Ils appartiennent à une logique qui peut nous paraître insensée. C’est cette autre logique qui m’intéresse, cette création libre avec des codes, des tics ou tocs qui permettent de garder l’équilibre.

Les corps des deux interprètes seront ainsi à la fois poupées et créateurs de leur propre univers, un récit visuel et chorégraphique sans mots pour dire, pour nous apprendre à voir ce qui ne nous regarde pas.

Marine Mane, juin 2018


Conception et direction - Marine Mane | Analyse du mouvement - Claire Malchrowicz | Interprétation - Claire Malchrowicz, Vincent Fortemps | Création sonore -  Margaux Robin |  Lumière - En cours | Scénographie - Amélie Kiritzé Topor | Régie générale - Margaux Robin

Production - Cie In Vitro
Coproduction -  Centre culturel numérique Saint Ex, Reims ; 
Centre culturel Pablo Picasso, Homécourt ;  recherches en cours

logo-black

KNIT

  1. Knit // danse - musique

Pièce pour huit interprètes, un quatuor à cordes, et quatre danseurs.

télécharger le dossier

Il s'agit d'une pièce à travers laquelle Marine Mane développe une recherche chorégraphique et musicale autour d’une partition tissée.

“Nous tissons une existence faite d’accros, de trames, de broderies, de noeuds, de trous reprisés, de mailles perdues, avec des fils, tendus et distendus, qui nous sont transmis et que nous agençons à notre tour. Une des premières formes artistiques inventées par l’homme serait issue du tricotage et du tissage. J’aime à imaginer cette oeuvre première comme une mémoire du monde, matrice de notre humanité et maillage idéal de nos cultures. Chaque oeuvre créée à sa suite pourrait alors être envisagée comme un palimpseste, fonctionnant par transformation ou par imitation. Une élasticité propre au procédé technique du tricotage. La recomposition actuelle de ces fils tissés qui constituent notre mémoire fait symbole, nous invitant à concevoir notre élasticité comme une adaptation perpétuelle, celle de l'humanité. Une tapisserie que j’imagine se tresser devant nos yeux, par les gestes de la musique et de la danse; gestes physiques, composition visuelle, chorégraphie sonore. La partition musicale elle-même, en tant que forme écrite, reprendra les motifs de cette tapisserie.” 

Marine Mane, mai 2018


Conception et direction - Marine Mane | Analyse du mouvement - Claire Malchrowicz | Interprétation - Nick Coutsier, en cours | Musique en live -  Quatuor à cordes | Lumière - Pascale Bongiovanni | Scénographie - Amélie Kiritzé Topor | Régie générale - Margaux Robin

Production - Cie In Vitro, en cours