La compagnie

par Cathy Blisson, journaliste.

A la tête de la compagnie In Vitro, Marine Mane dissèque les relations humaines par tous les moyens.

Devenue metteur en scène au tournant des années 2000, elle s’appuie sur un répertoire contemporain pour éprouver ce qui se joue entre les êtres et explorer les mécaniques qui nous construisent.

Passionnée par les dessous de la langue, elle engage les corps dans la bataille, imaginant des dispositifs sensoriels et immersifs à l’aide d’équipes à géométrie variable.

En 2011, elle présente ainsi Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès, dans une configuration quadrifrontale pour deux comédiens et deux musiciens.

Animée par le désir de replacer la recherche au cœur de l’acte de création, Marine Mane impulse en 2012 les Laboratoires de Traverse, sessions d’expérimentation collective qui permettent à des artistes de toutes disciplines de se remettre en jeu sans se soumettre à de quelconques impératifs de production.

A partir des enjeux (revisités au fil d’un site) mis en lumière sur les premiers laboratoires, elle lance sa compagnie dans un processus à long terme autour de la trace, de l’empreinte.

Creusant le sillon de ces précédentes mises en scènes, qui révélaient des corps blessés, malmenés, et/ou dépassés par le désir, elle cherche à ausculter les traces, intimes et politiques, que dessinent les parcours individuels et collectifs.

Avec La tête des porcs contre l’enclos, création 2015, elle prend le chemin d’une écriture personnelle. Confiant sa voix à un circassien, un plasticien et un musicien, elle esquisse, par « calques », une cartographie corporelle et émotionnelle, visuelle et sonore. Sur les traces d’une jeune femme, égarée en territoire familial violent.

Pour sa création (2017) A mon corps défendant, Marine Mane compose une partition chorégraphique par la mise en dialogue de différents matériaux textuels, sonores et visuels, récoltés via des correspondances numériques entretenues depuis plusieurs années avec cinq té-moins des zones de conflits actuels. Si ces correspondances et les matières qui en découlent sont à la base de l’écriture du spectacle, ce sont autant les corps, les éléments sonores et visuels, et de cette manière, la proposition plastique qui sont les éléments premiers de la conception du spectacle. En ce sens, cette pièce, s’inscrit dans le champ chorégraphique tout en stimulant une expérience physique de l’oeil et de l’oreille. Dans ce dispositif dramaturgique et scénographique, l’interprète réagira à une partition rigoureusement définie qui rencontrera ses propres particularités physiques.

La compagnie est conventionnée avec la Ville de Reims et soutenue par La DRAC Grand Est, la Région Grand Est, le Conseil Général de la Marne.

Marine Mane est artiste compagnon du manège, scène nationale de reims. Elle a été artiste associée au TIL de Mancieulles de 2002 à 2005, artiste associée à la salle Sabine Sani en 2006,  et artiste en résidence à La Fileuse/Friche artistique de Reims de septembre 2012 à décembre 2014.